Warholisation

Warholisation

vendredi 24 mars 2017

Le printemps

 C'est le printemps au jardin des plantes. Sur le chemin que j'emprunte pour aller voir mon médecin sympathique et compétent (qualités à signaler car n'allant pas de soi, même et surtout pour un médecin), je croise les magnolias en floraison. Mon amour du magnolia est à la mesure du temps infiniment long que j'ai mis à découvrir cet arbre peu encombrant. Aux fleurs, aux douces couleurs, délicatement posées.



 Devant ou émergeant de dessous cet arbre genre cerisier du Japon touffu (qui aurait fréquenté un saule pleureur ?) les touristes ou gens instruits et doués de vie se photographient.

 Dommage qu'il fasse toujours un peu froid et qu'il pleuve tant en ce début de printemps, sinon on s'y croirait presque. J'ai rapporté une pomme de pin pour la choute, c'est joli, ça coûte pas cher et ça fait toujours plaisir.

vendredi 10 mars 2017

Doublement dépassée


 Voilà une affaire qui illustre dramatiquement l'adage "Bien mal acquis ne profite jamais"...
 Que la mère du disparu (avec sa femme et ses pauvres enfants) s'épanche dans le journal pour dire combien il s'est mal comporté envers sa soeur, son beau-frère (le meurtrier, découpeur de quatre personnes, quand même !) et envers elle-même, qui a visiblement alimenté leur rancoeur, ça me dépasse.
 Tandis que de l'autre côté la mère de l'assassin parle de son fils comme d'un "ange"... On marche sur la tête.
 Le rhinocéros abattu pour sa corne, ce n'est pas plus gai.
 Que des hommes soient capables des pires horreurs pour toujours plus d'argent, ou simplement portés par la haine de l'autre et d'eux-mêmes, ça me dépasse.

Hubert Robert, La fontaine, Louvre.
Tableau pacifique et apaisant.

 Ils feraient mieux d'aller davantage au musée...
 Ou de s'occuper de leur jardin, comme Candide.

lundi 6 mars 2017

On n'est pas des bêtes

Devant le dernier épisode de Fais pas ci, fais pas ça, la choute (8 ans et demi) éberluée : Ah bon ? On peut se marier entre femmes ? Mais on me l'avait pas dit...
Je vais me marier avec E. (sa meilleure amie) alors.
Pour ma part, traditionnelle (et espérant dans la mesure du possible des petits-enfants biologiques), je préfèrerais que tu restes fidèle à ton projet de te marier avec L. (son meilleur ami).
 On a bravé la pluie pour aller au salon de l'agriculture. Pas de volaille cette année, la faute à la grippe aviaire. Du coup, davantage de lapins, tout mignons et tout doux.

mardi 28 février 2017

Carnavals

 Aujourd'hui, les enfants se déguisent, j'ai croisé une sorcière, un Charlot, un garçon en peignoir (apparemment celui de son père)... J'ai vu un dandy, équipé d'une jolie canne à pommeau doré, sortir du métro. La choute sera un aigle (Ikea). Le chichou devenu grand ne se déguisera pas, il préfère donner vie à des personnages sur papier plutôt qu'en incarner.


 Sinon j'ai regardé les Césars jusqu'au moment où j'ai coupé le son puis l'image. J'ai terminé et apprécié notamment pour son jeu de construction Le secret du mari (que j'avais senti venir, tout en espérant que ce n'était pas ça). J'aurais bien aimé voir les Oscars mais j'ai vu que je n'avais rien manqué. Il n'y avait ni John Wayne, ni James Stewart... Le chichou a vu avec sa classe L'homme qui tua Liberty Valance (de John Ford, avec les acteurs précédemment cités) et c'était bien.



vendredi 24 février 2017

Richissime

 Pas possible d'aller voir Vermeer. Trop de monde. Même les passe-droit pour les travailleurs du Louvre ne marchent pas. Il faudra que je patiente. En attendant suis allée voir d'autres tableaux hollandais, ceux appartenant au milliardaire Thomas Kaplan (né en 1962), qu'il prête diligemment (c'est un "philantropist") au musée, entre le 22 février et le 22 mai 2017.
Hendrick ter Brugghen,
Allégorie de la Foi

Rembrandt (Tom Kaplan en a une douzaine...),
Portrait de vieil homme, possiblement un rabbin.

 Pour les voir mieux que sur mes moches photos, et sans se déplacer, sachez qu'un beau site leur est consacré :

 Et comme je n'ai pu, faute de temps, aller voir l'expo Fantin-Latour (qui s'est tenue du 14 septembre 2016 au 12 février de cette année) au musée du Luxembourg, je me console avec ces fleurs, présentes au 2e étage de l'aile Sully du Louvre.
 Ce petit tableau de Fantin-Latour fait aussi partie d'une collection particulière, entrée au Louvre par donation (Hélène et Victor Lyon). En fait les riches collectionneurs sont toujours en couple. Pour Kaplan, c'est Thomas (dit Tom) et Dafna (dite Daphné). Ils ont des biens en communauté...

 Bientôt, je vais essayer d'aller voir les veaux, vaches, cochons... Du salon de l'Agriculture.
 Dans Libé, trouvé sur une poubelle du hall de l'école..., ils parlent de la violence des abattoirs, de la faillite des exploitations, de l'industrialisation galopante, de manipulations génétiques... Ils sont d'un rabat-joie !

mardi 21 février 2017

Une semaine de vacances

Quelques jours en Normandie. Juste le temps de :

faire des dessins à la craie, sur le tableau noir.

Faire, en un jour car à trois, un puzzle de 500 pièces, pas facile facile,
 puis le défaire mais pas de suite.

Dessiner au crayon et à l'encre sur du papier.

Déplorer le manque d'entretien du patrimoine architectural.





Quelque peu regretter les temps anciens.

Le temps de lire, ou parcourir de vieux ouvrages.


De jouer, jouer, jouer.

Et de cueillir, en pyjama (pour la journée...), les premières pâquerettes.

 Pour ne rien gâcher, il a fait très beau. Ce qui nous a permis d'aller au cinéma voir Lego Batman et Tous en scène (les deux sont réussis), mais ne nous a pas empêchés de rester enfermés pour regarder des films, dont les 6 premiers Tarzan avec Johnny Weissmuller (grand champion de natation, d'origine hongroise). La choute s'est aisément identifiée à Jane, qui avait trop de chance de se balader de liane en liane et d'avoir Cheeta comme aide pour laver la vaisselle dans leur maison haut perchée dans les arbres (Quel fameux bricoleur, ce Tarzan !).

mardi 7 février 2017

Con fini et confinés

 Après on va relativiser, se dire que ce n'est pas grave, qu'ils font tous ça après tout, que le plus important c'est le programme. Mais quand même, non seulement ils profitent (voire abusent) du système, mais en plus, orgueilleux comme ils sont, ils nous prennent pour des cons.
 À la différence des hommes politiques et consorts, les dessinateurs, eux, nous prennent pour des êtres intelligents.

 En tout cas, sur mon lieu de (vrai) travail qui est un château, tout comme Penelope au détail près qu'il ne m'appartient pas et que je n'y ai donc pas toutes mes aises, j'ai vécu, avec quelque moment de panique, le confinement...


 Pour finir sur une jolie photo, je dirais qu'au moment de voter je leur poserais bien un lapin, à tous. Car il y a trop de lièvres ici et là.

 Ceci est un joli lièvre sculpté, que je n'ai pas les moyens de m'offrir, car avec plus de diplômes que Penelope je gagne, en toute logique, très largement moins. Sans parler des stages non indemnisés que j'ai eu la chance de faire quand j'étais qu'étudiante.