Warholisation

Warholisation

lundi 24 avril 2017

Ciao


 Au musée de l'Histoire de l'immigration, palais de la Porte Dorée (Paris XIIe) se tient jusqu'au 10 septembre 2017 une exposition sur les Italiens arrivés en France entre 1870 et le début de la seconde guerre mondiale, soit environ 2 millions de personnes sur 14 millions ayant quitté l'Italie au cours de cette période.

 A part les emblématiques vespas, divers objets, sculptures, photos, articles, tableaux, affiches, extraits de films, d'interviews, de chansons (que l'on peut écouter au casque) témoignent d'une intégration qui se fait par l'usine, l'automobile, la gastronomie (miam), mais aussi le sport (cyclistes, footballeurs, rugbymen,...) ou le design et l'art.

Gli Emigranti (1896), belle grande toile (2,62 x 4,33 m) de Angelo Tommasi (1858-1923)
 
 La somptueuse Anita Ekberg dans la fontaine de Trevi, extrait de La dolce vita de Federico Fellini. (Ce qui m'attriste, c'est qu'elle a fini misérable - seule et pauvre. Même si on meurt toujours seul finalement.)

 Lino Ventura (que j'aime) raconte, l'espace de 3 minutes environ, son arrivée en France à l'âge de 7 ans, avec sa mère, 56 rue de Romainville à Montreuil-sous-bois (Seine-Saint-Denis), dans un quartier abritant toute une communauté italienne. Plus tard, enrôlé dans les troupes de Mussolini il a déserté. "Ma patrie va de Lille à Palerme", dit-il.
 La chanteuse Rina Ketty (J'attendrai...), Ivo Livi dit Montand (que j'aime) ou Serge Reggiani figurent aussi dans cette exposition.

 Quelles que soient nos affinités avec la culture italienne, les dits "macaronis" puis "ritals" n'ont pas forcément été tous bien accueillis et traités, certains ont même été tués en 1881 et 1893. Laïcité oblige, la piété exacerbée des Italiens, leurs processions, leurs ex-voto ont été mal perçus.


dimanche 23 avril 2017

Logan vs Mr Hobbs

 La choute partie (et, ouf, bien arrivée), le chichou a souhaité que nous allions voir ensemble Logan, le dernier opus de la série des X-Men. Jamais vu un film aussi violemment "gore". Je n'en ai pas vu les trois-quarts d'ailleurs, j'ai fermé les yeux et c'était long.

 
 Un film au scénario et à la réalisation intelligents et efficaces, signés James Mangold le brillant réalisateur des si aimables comédies Knight and Day avec les étourdissants Tom Cruise et Cameron Diaz ou Kate and Leopold avec les romantiques Meg Ryan et Hugh Jackman devenu depuis Wolverine-Logan. Alors, que lui est-il arrivé à James ? Qu'arrive-t-il au public, plutôt jeune et ėduqué, qui va voir ce film ? Qui supporte stoïquement de regarder ces images insupportables (à moins que tout le monde ferme les yeux). Le chichou a lui-même était écoeuré par tant de barbarisme. Je ne veux pas croire que cette surenchère inimaginable, qui laisserait pantois ceux qui critiquaient la violence (ou la crudité) du cinéma dans les années 70, puisse laisser indemne le psychisme des individus. Qui s'habitue et en redemande.
 À moins, c'est fort possible, qu'il s'agisse pour la sociėté à travers ce débridage virtuel d'un exorcisme salvateur ou d'une simple (anti ?) catharsis, je ne sais. Et personnellement je n'ai pas besoin de voir ou de savoir. Quel dommage quand même que cela existe.
 Bon, on a voté, comme on a pu..., pour me consoler de tout ça je vais me passer M. Hobbs prend des vacances, un joli film, très drôle, en Technicolor de 1962 avec James Stewart qui aurait été bien marri autant qu'incrédule en voyant la moindre image de Logan.

vendredi 21 avril 2017

Fin prêts

 C'est la dernière ligne droite. On n'est pas encore fin prêts, mais presque. Depuis des semaines je réfléchis, j'amasse ; là j'ai fait une liste détaillée, j'ai coché, complété. Je stresse, je n'y peux rien, j'ai beau me raisonner (mais certes les temps sont dangereux), tout se passera bien, je suis inquiète de caractère. La choute est enthousiaste, joyeuse, pleine d'espoir. C'est la jeunesse, pas encore désabusée, jamais apeurée, avide d'expériences. En plus, elle aime les animaux... (Tiens, on n'en a pas trop parlé pendant la campagne présidentielle, des animaux.) Et les équidés en particulier. Demain, elle s'en va en classe d'équitation. Il est fort possible que je verse quelques larmes ce week-end.

Je le trouve drôlement vulgaire, l'âne de Shrek.

mardi 18 avril 2017

A la mode de chez nous


 Pendant les vacances on n'a pas fait que ramasser des œufs en chocolat ici et là. On a fait du shopping, à la demande de la choute. Aïe aïe aïe, c'est une digne descendante de ses aïeules...

 On recherchait notamment une tenue pour son rôle d'"hôtesse de métro" dans le spectacle de son cours de théâtre. La choute voulait une cravate... On n'a pas pris la robe ci-dessus,  mais une robe bleu marine, plus "sage". Et je lui ai trouvé un joli petit foulard fleuri à nouer autour du cou pour rehausser le teint et l'ensemble.

 Le chichou, lui aussi digne descendant de ses aïeuls, n'aime pas trop ça, le shopping... Il préfère de loin le dessin et ses diverses techniques, auxquelles il s'adonne et dans lesquelles il vise à se perfectionner. Il s'est donc mis à l'aquarelle (à l'aide d'une plume à réservoir d'eau, invention intelligente, récente, de Pentel).
 La choute le suit dans toutes ses entreprises.

 Sinon elle s'est aussi occupée de la charmante Emma, la parant de chacune de ses tenues (aimantées), cherchant à déterminer la plus jolie, jour après jour. Notre choute "modeuse" ne se lasse pas d'essayer des vêtements et d'en faire essayer.

 

 Sous le soleil ardent on a regardé les fleurs pousser et s'ouvrir. Ici photo macro de jacinthes des bois.

 Et de retour à Paris, encore du shopping ! La choute étant attirée par ces casquette rose, shorts aux couleurs pastel et autre tee-shirt sportif.

 Un puits sans fond, une chute vertigineuse...

 Personnellement, je voterais bien dimanche pour celui qui m'aiderait à remplir mon porte-monnaie (pas trouvé), ou en tout cas à moins le vider, notamment, hormis le " magasinage "...,  avec les impôts et autres taxes (je cherche encore).

lundi 3 avril 2017

Tous les ours ne mangent pas du poisson

 Longtemps, presqu'un an, qu'on n'était pas allés taquiner le poisson, ou plutôt le dessiner. C'était un des projets prioritaires de ces vacances de Pâques. Notre huitième visite, en moins de 4 ans, en tant que dessinateurs. On tient le rythme et on a rempli les trois-quarts de notre cahier.
 Et puis on a commencé d'autres cahiers... En croquant les ours empaillés de l'exposition du Museum d'Histoire naturelle, "Espèces d'ours !", très belle exposition, bien faite. Les enfants ont beaucoup aimé.
 Où l'on a appris, ou revu, entre autres choses, que les ours blancs ne mangeaient pas de poisson, ils ne mangent que des (malheureux) phoques.
 Les arbres du jardin des plantes sont particulièrement magnifiques en ce moment, mais le "touffu" n'est déjà plus trop "fleuru".

vendredi 31 mars 2017

Chouette

 Chouette alors, c'est les vacances scolaires ! La choute avait encore plein de devoirs pour ce dernier jour de classe et le chichou un contrôle d'anglais, dans lequel il devra "cartonner" vu ses notes proches de la nullité en sciences physiques et autres mathématiques.

 Après l'attentat à Westminster, les media ont dit que le Royaume-Uni se savait menacé depuis plusieurs années.
 Or au retour d'un week-end à Londres fin octobre 2016 je faisais remarquer justement à qui voulait m'écouter que l'on n'était pas "plombé" dans cette ville par la menace terroriste comme on l'était à Paris.
 A Londres aucun contrôle de sac ou autre à l'entrée des magasins ou des musées. Pas, non plus, de déploiement apparent de forces de l'ordre, policière, militaire.
 Pas de morosité ambiante, mais toujours cet esprit particulièrement chouette - décontracté (quoiqu'actif) et festif - qui caractérise cette ville...

 La choute travaille, entre autres choses, sur le pluriel en ce moment. Si la chouette qui en rencontre une autre prendra un "s" le hibou (et avec lui 6 autres mots), en cas de réunion avec un ou plusieurs de ses congénères, s'octroiera un "x".
 J'ai vraiment du mal avec les grosses fautes d'orthographe qui pullulent sur le web (notamment parce qu'à force de les voir je finis par les faire !). La principale qui me heurte est celle relative à l'accord du participe passé, faute que j'ai encore relevée pas plus tard que ce matin dans le mail d'un père d'une camarade de classe de la choute qui écrit "pour en avoir discuter"...
 J'aime, en revanche, à lire (et à rire franchement devant) les chouettes commentaires bien tournés, sans faute majeure, et pleins d'esprit laissés par certains internautes lettrés en bas des articles politiques.

Le recyclage, c'est chouette !

jeudi 30 mars 2017

Sur la tête

  En France on marche souvent sur la tête. Particulièrement en ce moment d'ailleurs.
 Je regarde plus attentivement, quand j'en trouve le temps, les programmes de tous ces candidats en -on (sauf une, et les "petits") aux élections présidentielles. C'est symptomatique, non, que les principaux candidats aient tous leur nom qui finissent par -on ?
 Quoiqu'il en soit, prenons par exemple le programme d'Emmanuel Macron, rubrique Famille et société (qui m'intéresse). Ce qu'il dit là ne diffère pas, à ma connaissance, de ce que disent les autres (à vérifier néanmoins). S'agissant de la procréation médicalement assistée (PMA), il est favorable à son autorisation (j'avais pour idée que c'était déjà autorisé) pour les femmes seules et couples de femmes. En clair, une femme a le droit à un don (voire plusieurs si nécessaire) de spermatozoïde pour avoir des enfants (qui ne connaîtront pas leur père biologique - le don de sperme étant anonyme).
 Jusque-là ça va (enfin plus ou moins), là où ça se corse, je trouve, c'est que la France, et Macron, et sans doute les autres, est toujours résolument contre la GPA, grossesse pour autrui (sous prétexte de "marchandisation" du corps, ce qui n'est toutefois pas toujours le cas). Ce qui fait que le don d'ovocytes est interdit aux hommes seuls ou couples d'hommes, qui par définition (avant peut-être une évolution...) n'ont pas d'utérus pour permettre la conception de l'enfant et qui ont donc besoin d'une "mère porteuse".
 On parle toujours de l'égalité des droits pour la femme mais où est l'égalité des droits pour l'homme là-dedans ?
 Avec Macron, un "progrès", les enfants nés par GPA à l'étranger (là où c'est autorisé) seront reconnus comme Français (selon la jurisprudence de la Cour européenne).  Ce qui fait qu'un couple d'hommes ayant suffisamment d'argent pour mener à bien une GPA à l'étranger pourra avoir un enfant. Un autre autre couple d'hommes, n'ayant pas cette même volonté ou les mêmes moyens, ne pourra pas.
 Je trouve criantes ces inégalités de droits, entre hommes et femmes d'une part et entre hommes et hommes d'autre part. Les hommes de pouvoir et autres têtes pensantes ne les trouvent apparemment (dans leurs discours et écrits) même pas gênantes.

 Certes ce sujet paraît "anecdotique" (rien ne l'est vraiment) par rapport à d'autres problèmes comme celui des retraites par exemple, pour lequel les retraités manifestaient aujourd'hui. Longtemps que je sais que je n'aurai jamais les moyens de me payer une maison de retraite (déjà que je n'ai pas ceux pour me payer une maison normale) non pas si l'envie m'en prenait (pas possible) mais si cela était nécessaire, si par exemple je perdais la tête...

 Aujourd'hui, la tête en arrière, le chichou se faisait enfin enlever les brackets, communément et à tort appelés les bagues. L'orthodontiste a un très beau cabinet payé par nos soins en échange des siens...
  Une question me vient : le chichou aura-t-il la gentillesse de pourvoir à mes soins dentaires plus tard ?