Warholisation

Warholisation

vendredi 23 juin 2017

Récapitulons

 Ça y est, je mets des croix (= Ça, c'est fait) dans mon agenda. Le concert de la chorale, c'est fait (la complainte de la butte est vraiment une très belle chanson). Le spectacle de danse, c'est fait (la choute jouait, avec ses comparses, l'horloge dans Cendrillon, de Prokofiev).

 Les ultimes répétitions pour ces beaux moments de bravoure de fin d'année nous ont fait rater l'avant-première, en présence du réalisateur, Benjamin Renner, du Grand méchant renard. Tant pis, on le verra plus tard. En livre (du même auteur/dessinateur), sorti et primé à Angoulême l'année passée, c'est bien, drôle.


 Sinon, je n'ai vu que des bons films ces temps-ci : Flaming Star, Love me tender, Jailhouse Rock. Je commence une cure - vitale -  d'Elvis, ça fait du bien.

 Et quelques classiques aussi, revu pour Soupçons (génial), découvert pour La loi du seigneur (Friendly Persuasion) (j'aime). Film de William Wyler (grand réalisateur) avec Gary Cooper entre autres. Palme d'or du festival de Cannes 1957... Les critères de nomination ont dû changer depuis.

 Plus que les expositions des œuvres d'art de l'année, le pot à l'école, les dernières inscriptions ou réinscriptions aux activités (pour certaines on est obligé attendre septembre et son "rush"), la dictée, le spectacle de théâtre...

 Sinon, il fait frais aujourd'hui. En fait je préfère quand il fait trop chaud, même à suer dans le métro.


lundi 19 juin 2017

Juin en été

Vendredi je suis sortie tard du bureau, il faisait encore très beau.

Samedi on est allés à Paris. Notamment passés rue de Fourcy (4e).
Où sculpture (copie) d'un rémouleur.

Et auberge de jeunesse (MIJE), bien située.
Quartier calme, tranquille et central...

Et dimanche, c'était kermesse à l'école.
J'ai fait coupe-ficelles, pendant deux heures, en plein soleil.
Chaud... Bien.

 Ce temps de juin ne ressemble pas à celui - humide et frais - de l'année passée, et ça me plaît.

vendredi 16 juin 2017

L'été porte ses fruits

 Je crois que la tarte aux fruits que je préfère, après la tarte aux pommes (en hiver), c'est celle aux abricots (en été). Ça n'intéresse que moi. Mais la recette de chez Verlet (Paris 1er, 256 rue Saint-Honoré) peut en intéresser plus d'un. Je la trouve simple et fameuse (et ne me souviens pas l'avoir postée ici, mais peut-être que oui - Alzheimer guette). Photocopiée dans les années 90 à partir d'un livre d'une Américaine sur les bonnes recettes de pâtisseries ou salons de thé parisiens, livre emprunté à la bibliothèque du 8e arrondissement je crois, où je n'ai plus l'occasion depuis longtemps d'aller (snif). Là aussi, précision qui n'intéresse que moi, pardon. Mais ce livre était vraiment bien (il faudrait que je le retrouve).
 Pour la pâte : 125 g de beurre fondu, 100 g de sucre, 260 g de farine.
 Pour la garniture : 5 cuillerées à soupe de crème fraîche épaisse (je n'ai souvent que de la semi, ça marche pareil), 1 oeuf, 50 g de sucre, 1 cuillerée à café d'extrait de vanille (je n'en ai jamais, ça ne manque pas), 500 g d'abricots mûrs (les miens ne le sont jamais, ça marche aussi) dénoyautés et coupés en deux (face coupée contre le fond de la tarte, après qu'y ait été versé l'appareil), 1 cuillerée à soupe de sucre glace à saupoudrer après la cuisson. Faire cuire la pâte préalablement, une dizaine de minutes, dans le four préchauffé.



 Mari aime bien aussi (même s'il ne raffole pas de l'acidité), les enfants de toutes manières n'aiment pas les tartes aux fruits à part peut-être celle aux fraises. À cause des fraises.
 Bref, l'été, c'est la saison des melons, des pastèques, des cerises, des pêches et des abricots (Pas de problème de gélatine de porc. Mais peut-être d'autres, liés à la culture, l'arrosage, la cueillette, que sais-je.). La plus belle des saisons. Déjà en lisant Martine et les quatre saisons, c'était mon sentiment d'enfant. En voyant Martine avec ses doubles cerises sur les oreilles... Quel ravissement.

Sinon, l'anni c'est fini.

mardi 13 juin 2017

Du cochon dans les bonbons

 Alors... La choute a apporté dans son école privée catholique deux grands sachets de bonbons qu'elle avait dûment choisis pour leur goût, texture, couleur, censés plaire à ses camarades de classe autant qu'à elle-même.
 En sortant de l'école, la choute me raconte : La maîtresse a regardé s'il n'y avait pas de porc dans les bonbons. Je savais moi qu'il ne fallait pas de porc. Mais elle n'avait pas pensé à m'en parler. Figurez-vous que dans les chamallows sans colorant artificiel de chez Auchan, appelés les Toumou, il y a du porc. Heureusement il n'y en avait pas (si tant est que les informations inscrites sur les paquets sont dignes de foi...) dans les Flexi-fizz de Lutti dont ils se sont tous régalé.
 Ma première réaction, compatissante, fut de dire que la prochaine fois je ferais attention à ce qu'il n'y ait de porc dans aucune friandise. Ma seconde, énervée, fut de dire que justement je n'en prendrai qu'avec du porc... Ce que je ne ferais sans doute pas ne serait-ce que parce que la choute serait ennuyée que certains de sa classe ne puissent manger aucun des bonbons offerts par elle pour son anniversaire.

Il y en a que le cochon fait saliver.

Happy


 Aujourd'hui, c'est le jour J, pas encore l'heure (15 h 53), le jour de l'anniversaire de la naissance de la choute il y a déjà 9 ans de cela. On a vérifié l'horaire ce matin dans son carnet de santé (avec l'âge j'ai malheureusement tendance à oublier des choses que j'étais sûre de ne jamais oublier...), sa taille (49 cm), son poids (3,480 kg) et même son périmètre crânien (34 cm). Elle qui étudie la mesure des périmètres en ce moment...
 Elle a eu droit à un réveil en douceur, fait de bisous et de câlins, comme d'habitude mais un peu plus, et à une carte d'anniversaire. J'adore ces objets, particulièrement les cartes très dessinées ("artisanalement"), avec des motifs bucoliques - animaux mignons, oiseaux, fleurs - et des couleurs harmonieuses. J'aurais pu, dû en faire mon métier... Dessinateuse (comme m'a dit une petite fille dimanche - elle voulait devenir dessinateuse ; elle s'est reprise en disant dessinatrice, dommage, les enfants grandissent) de cartes. Pour le texte imprimé, on trouve plus souvent Happy Birthday que Joyeux anniversaire. Je rajoute un long texte personnalisé, différent chaque année. Parfois en vers, avec des pieds plus ou moins bien comptés.
 La choute auréolée a emporté des bonbons pour l'école. Ils ne le fêtent déjà plus, mais ont le droit de distribuer des douceurs à leurs camarades en fin d'après-midi. Ce soir, c''est cadeaux (Mari dira trop) et restaurant chinois (son préféré). Et en plus il fait beau et chaud ! Que demande le peuple ?
 Qu'il n'y ait pas de réunion au bureau aujourd'hui ? Apparemment, c'était trop demandé, on ne pourra y couper.

lundi 12 juin 2017

La vie en arc-en-ciel

 Cette année, le gâteau s'est affaissé.
 J'ai comblé le trou central (au raison d'une cuisson moindre au milieu) par des chamallows... La choute a fêté ses 9 ans avec ses copines dimanche. Il faisait beau, on est allées jusqu'au square, on a fait moult jeux, ici et là-bas, mangé très sucré (le gâteau affaissé était bon, il n'a pas fait un pli), ce qui les a beaucoup fait boire - de l'eau, plus que des jus de fruits.
 On a fini la journée en apprenant, au coucher, comment mesurer le périmètre des carrés et des rectangles. Il y avait contrôle dessus ce lundi matin. Vivement que l'année avec cette maîtresse se termine. Même si celle de l'année prochaine n'a pas l'air mieux, elle est réputée donner moins de devoirs.

Et pourtant, pour sa maîtresse (qui les a emmenés en classe d'équitation), la choute pas rancunière a bien voulu faire ce dessin.

Vive les arcs-en-ciel !

mardi 6 juin 2017

Photographe en herbe

 Le chichou aime utiliser mon appareil photographique, le préférant évidemment au sien. Pourtant, il n'est vraiment pas terrible, mon appareil. Il faut croire que le sien est pire...

Avec lui, il prend son pied.


 Je trouve parfois des autoportraits grimaçants ou des photos ou films mettant en scène sa soeur de manière "pittoresque".

 Ainsi je tombe sur sa soeur faisant un dab (à la demande de son frère, le photographe et metteur en scène, jamais à court d'idées)... Un mouvement chorégraphique savant (où le danseur place simultanément son visage dans le pli du coude, tout en pointant le ciel dans la direction opposée avec les deux bras parallèles, dixit Wikipédia), d'un intérêt que je trouve limité, voire un geste que je ne trouve, je ne sais pourquoi, pas très distingué. Ou intelligent. Mais ce ne doit pas être le but recherché par ceux qui "dabbent", en fait.

 En tout cas, ça les amuse.

Et la distrait quand elle planche sur ses devoirs...

 Ces photos prouvent, si besoin était, que notre appartement n'est pas vide.